Crédit à la consommation : un marché qui peine à se relancer au premier trimestre 2021

Depuis de nombreuses années, le crédit à la consommation est une solution appréciée par les Français qui souhaitent financer un projet personnel tel que l’achat d’une voiture ou encore un voyage. Néanmoins, la pandémie mondiale a particulièrement impacté la demande et le marché du crédit à la consommation. Après une année 2020 morose, le marché peine à se relancer au premier trimestre 2021, selon l’étude trimestrielle de la BCE.

Un contexte fragile qui freine le regain d’activité

Ce sont près de 25 % des Français qui rembourseraient un crédit à la consommation. Il est vrai que le fait de demander un prêt est particulièrement plébiscité par les Français qui souhaitent financer un projet personnel : achat d’une voiture, voyage, mariage ou encore travaux de rénovation. Le crédit à la consommation est une solution qui représente de nombreux avantages prisés par les Français en quête de trésorerie. Bien que cette solution soit appréciée depuis plusieurs années, la pandémie mondiale a considérablement impacté le marché du crédit à la consommation.

Face au contexte sanitaire et économique fragile, nombreux sont ceux à avoir repoussé leur projet personnel. L’environnement anxiogène, l’avenir incertain et la complexité du marché de l’emploi sont des variables qui ont poussé les Français à jouer la carte de la prudence. De ce fait, le marché du crédit à la consommation a connu une année 2020 plus morose que jamais avec une demande en berne.

Selon l’étude trimestrielle de la Banque centrale européenne (BCE), la demande en crédit à la consommation demeure en baisse en 2021. C’est plus particulièrement depuis l’automne dernier que le marché peine à repartir en direction de la croissance. Selon cette étude, la demande a baissé pour le deuxième trimestre consécutif dans la zone euro. Véritable tendance de fond impulsée par la crise de la Covid-19 et les restrictions sanitaires.

Un contexte favorable au regroupement de crédits

Alors que le crédit à la consommation n’arrive pas à repartir à la hausse, le regroupement de crédits est une activité en plein boom. Une tendance qui paraît assez logique étant donné que nombreux sont les Français à vouloir faire des économies. En effet, après avoir retardé leur projet personnel lié aux loisirs, ils sont en quête d’économies afin de pouvoir affronter un avenir incertain.

D’autant plus que la pandémie mondiale a engendré une hausse du chômage et du chômage partiel. Le regroupement de crédits s’impose alors comme étant une solution en vogue pour réduire ses charges. C’est dans ce contexte que le regroupement de crédits connaît un regain d’activité, contrairement au crédit à la consommation.