Comment utiliser un tableau blanc interactif ?

Le tableau blanc interactif (TBI), ou encore TNI (tableau numérique interactif), est un tableau électronique sur lequel on projette le contenu d’un ordinateur ou d’une tablette, que l’on peut contrôler à même le tableau, à partir d’un stylet ou même du doigt.

Comme le tableau noir traditionnel, cet équipement électronique est d’usage didactique. Il est le plus souvent utilisé dans le cadre de l’enseignement au primaire, au secondaire ou dans un lycée. Même s’il pourrait également être utilisé pour animer des conférences ou séminaires.

L’utilisation d’un TBI peut sembler complexe à première vue pour les personnes qui ne sont pas forcément portées vers l’informatique ou le numérique. Mais, en réalité pour utiliser un TBI, il faut simplement suivre certaines recommandations et respecter un mode d’emploi.

Présence de matériels informatiques

Pour utiliser un TBI de façon optimale, il faudrait impérativement se munir de certains instruments. En effet, le TBI étant un équipement informatique de sortie tel un écran ou une tablette, il est nécessaire de lui associer d’autres périphériques pour qu’il fonctionne.

L’équipement de base à posséder aux fins de l’utilisation d’un TBI est l’ordinateur. En effet, un PC fixe ou portable joue le rôle de périphérique d’entrée en se connectant directement au TBI pour lui transmettre en temps réel toutes les informations dont il a besoin pour bien fonctionner. Par ailleurs, l’ordinateur se charge aussi de procéder à l’enregistrement automatique des modifications opérées sur le TBI.

En raison de ses différents usages, l’ordinateur doit avoir quelques caractéristiques fonctionnelles et organisationnelles. En effet, la configuration matérielle d’un ordinateur dédié à l’utilisation d’un TBI devrait disposer des caractéristiques suivantes : 4 Go de mémoire, un processeur Intel Core i3 ainsi qu’un SSD de 60 Go.

Sur le plan pratique par contre, privilégier la mobilité de l’appareil peut être extrêmement avantageux. Dans la plupart des cas, un ordinateur portable pourrait être un choix plus approprié. Mais, dans le cas de l’installation d’un TBI fixe, une unité centrale à poste permettrait d’en optimiser le confort d’utilisation. Il existe aujourd’hui des modèles avec un type de boitier « slim » ou « mini pc », qui favorisent une meilleure prise en main de l’utilisateur.

En dehors de l’ordinateur, un vidéoprojecteur, un récepteur et un stylet sont également des outils indispensables au bon usage d’un TBI. Le vidéoprojecteur est l’appareil qui projette les textes, images, photos ou vidéos de l’écran de l’ordinateur au TBI. À l’instar du PC, il doit être choisi avec beaucoup de soins. Pour toutes ses caractéristiques, il est recommandé de se munir d’un vidéoprojecteur à ultra courte focale. Ce type d’appareil offre au final diverses possibilités (luminosité, mobilité, confort) à l’utilisateur.

Le récepteur ou capteur est un dispositif émetteur qui doit être positionné au niveau de la surface du tableau ou sur un mur en direction de l’ordinateur de sorte à être bien connecté avec ce dernier.

C’est au stylet qu’on doit le rôle de la “souris” en ce qui concerne l’utilisation d’un TBI. Il effectue différentes opérations de modifications sur le TBI à raison des différentes fonctionnalités dont il est équipé.

Cependant, malgré la présence de tous ces appareils connectés, c’est bien grâce à un logiciel que va réellement fonctionner un TBI.

Le choix d’un logiciel

Le logiciel est en effet, le programme qui va permettre au TBI de fonctionner normalement. Il est possible d’en faire l’acquisition à l’occasion de l’achat du tableau ou de profiter de celui qui a été installé par défaut sur votre ordinateur.

Dans la pratique, on considère qu’il n’y a en réalité pas de logiciels bons ou mauvais. Il est juste recommandé de faire l’option d’un logiciel suffisamment adapté à l’utilisation qu’on veut faire du TBI. Ainsi, il existe sur le marché des logiciels pour TBI en entreprise et d’autres logiciels spécifiques pour TBI dans l’enseignement. En entreprise, ces logiciels offrent la possibilité de préparer une réunion en confrontant diverses ressources multimédias, et sont plus attractifs qu’un simple PowerPoint.

En ce qui concerne les établissements scolaires, les logiciels développés sont susceptibles d’aider les enseignants et professeurs dans leur pédagogie de la mathématique, de la chimie, de la littérature, mais aussi de la lecture et de l’écriture.

Dans tous les cas, un logiciel TBI doit être capable de prendre en compte un certain nombre de paramètres relatifs non seulement à l’audience, mais également aux projections de l’utilisateur (annotation d’images, préparation de supports, existence de supports électroniques, etc.).

La méthodologie d’emploi

Le fonctionnement d’un TBI pourrait s’identifier à un travail en réseau. En effet, l’ordinateur affiche les modifications apportées sur le TBI par l’utilisateur grâce au stylet ; il communique ensuite au vidéoprojecteur l’image de l’écran ; le vidéoprojecteur à son tour renvoie enfin cette image sur la surface active (TBI). Le TBI joue donc à la fois le rôle d’écran et de projection.

Cependant, pour utiliser un TBI, il faut absolument suivre quelques étapes. En effet, la procédure de mise en marche doit obéir à certaines règles, même si elle ne nécessite pas de fixation particulière.

Dans un premier temps, il faut connecter le vidéoprojecteur à l’ordinateur et procéder à l’allumage des deux appareils. Le boitier faisant office de récepteur doit être positionné sur la surface de projection ou sur le mur, et connecté directement au PC par le biais d’un câble USB.

Le vidéoprojecteur peut en outre être installé en face du TBI ou fixé au plafond. En réalité, c’est le type de vidéoprojecteur qui déterminera votre choix. En effet, dans le cas d’un vidéoprojecteur à courte focale il vaudrait mieux faire l’option de la fixation au plafond pour gérer la problématique de l’ombre. Par contre, un vidéoprojecteur à ultra courte focale peut être installé en face du tableau parce que ne générant pas d’ombre.

Ensuite, le logiciel peut être installé et lancé. Cependant, il sera utile de calibrer tout le système pour pleinement profiter des fonctionnalités. L’utilisation du stylet pouvant être dans ce cas assez interactif aussi bien pour l’utilisateur que pour les participants.

Par ailleurs, vous pouvez faire le choix de travailler soit avec le logiciel développé précisément dans le cadre de l’utilisation du TBI, soit avec les logiciels contenus par défaut dans votre ordinateur. Néanmoins, vous ne bénéficierez pas pleinement de toutes les fonctionnalités du TBI sans le logiciel adapté.

Leave a Comment:

All fields with “*” are required

Leave a Comment:

All fields with “*” are required